top of page
  • Photo du rédacteurSima Ohadi

Les épargnants font-ils confiance aux robots conversationnels ?

Une étude d'Oracle réalisée en 2020 a révélé que les gens sont de plus en plus à l'aise avec l'idée de faire confiance aux robots conversationnels pour gérer leur argent. Voici les trois raisons principales :


Touche clavier TRUST
Les épargnants font-ils confiance aux robots conversationnels ?

Des conseils sans anxiété

Beaucoup de personnes ressentent de l’anxiété lorsqu’elles cherchent des conseils financiers, craignant le jugement ou l’embarras concernant leur situation financière. Cette anxiété peut être particulièrement lourde pour ceux ayant une faible littératie financière (Gerren et Hershey, 2017). Cependant, lorsqu’ils interagissent avec un  robots, ces barrières disparaissent, car il n’y a pas de peur du jugement (Holthöwer et van Doorn, 2023). Les recherches suggèrent que les gens sont plus ouverts à discuter de leurs finances avec des  robots, surtout s’ils ressentent de l’anxiété à l’idée de demander conseil à des humains.


Objectivité perçue et absence de biais cognitifs

En matière de décisions financières, les gens valorisent la rationalité et l’objectivité. Les  robots sont souvent perçus comme plus rationnels et moins biaisés que les humains, notamment en termes d’efficacité économique et financière. Cette perception incite les gens à faire davantage confiance aux  robots pour obtenir des conseils financiers, car ils croient que les conseils seront basés sur des faits plutôt que sur des émotions (Wang et Krumhuber, 2018).


Réactivité et disponibilité

Les robots offrent des réponses rapides et spontanées, répondant aux besoins des utilisateurs en matière d’assistance immédiate. Cette réactivité instaure la confiance en fournissant des interactions efficaces et opportunes. Les gens apprécient la commodité de pouvoir accéder à des conseils financiers à tout moment, ce qui contribue à leur confiance dans les  robots conversationnels (Følstad et al., 2018).



Références








Comments


bottom of page